Interview de GN Saibaba sur la crise économique et Green Hunt

Interview par Wilhelm Langthaler, 21 février 2010

G.N. Saibaba est professeur assistant de littérature à l’université de Delhi.  Il est l’une des voix les plus fortes de l’opposition démocratique et a joué un rôle important en rassemblant des tendances diverses contre l’élite dirigeante. Saibaba représente le Front Démocratique révolutionnaire (RDF).

Q : La campagne « Inde brillante » a promis l’industrialisation et la richesse croissante pour la majorité pauvre. Est-ce que ceci est vraiment devenu réalité ?

L’application de la politique de mondialisation en Inde a signifié des avantages avant tout pour l’oligarchie dirigeante. Une poignée de familles ont le plein contrôle des leviers du pouvoir. Grâce à leur position ils ont pu amasser des fortunes énormes, en particulier pendant les vingt dernières années. Par la suite, parmi la liste de milliardaires il y a beaucoup d’Indiens. La concentration de la richesse s’est développée rapidement tandis qu’environ 80% de la population doit vivre avec moins d’un demi dollar par jour et peut à peine avoir les moyens d’un repas quotidien.

Selon les propres statistiques du gouvernement, ce n’était pas le cas deux décennies en arrière. L’Inde a poursuivi des politiques de mondialisation de la manière la plus agressive, car il y a de vastes ressources intactes disponibles dont les pouvoirs occidentaux et particulièrement les États-Unis veulent s’emparer. Mais la pauvreté énorme évoque également des conflits énormes. Pendant les six dernières années nous sommes entrés dans une nouvelle phase appelée les « réformes de deuxième génération ».


Q : Quelle est la différence avec ses prédécesseurs ?

La première phase a été marquée par la libéralisation de l’économie et du cadre juridique. Elle a été principalement basée sur le secteur des technologies de l’information. Mais il y avait peu d’investissement étranger. Ceci a changé. Plusieurs centaines de protocoles d’accord (MOU) avec les sociétés multinationales (MNC) ont été signés, la plupart du temps liés à l’exploitation des ressources naturelles. Principalement au centre et aux zones orientales de l’Inde, où il y a d’énormes dépôts de minerai de fer, charbon, bauxite, pierre à chaux et d’autres minerais que les pouvoirs occidentaux veulent exploiter. Ainsi des pans incroyablement énormes de terre sont attribuées aux MNC.

Nous sommes confrontés à une liquidation sans précédent de la terre, des forêts, des minerais et de l’eau qui ne s’est pas même produite sous le colonialisme britannique. Ainsi la dernière moitié de la décennie a également vu la résistance croissante par les populations contre le creusement de la terre, les zones économiques spéciales (SEZ) et les projets d’industrialisation. Etant donné la réaction intransigeante des élites celles-ci ont tourné souvent violentes et armées – avec ou sans leadership.


Q : Quel est l’impact de la crise économique mondiale ?

L’Inde ne peut pas garder la crise au dehors de ses frontières, le chômage s’est développé et les pertes de travail énormes continuent. Environ cinq millions d’ouvriers ont perdu leur emploi (autant qu’aux États-Unis) et l’industrie textile s’est pratiquement effondrée. En fait les classes moyennes soutiennent le choc de la crise, alors que les classes moyennes supérieures mettent au placard le rêve d’un type de vie occidental confortable.
C’est la première fois que les employés intellectuels du secteur des services sont affectés, comme dans l’informatique. A Gurgaon [une banlieue de Delhi étaient de telles industries sont concentrées] ont eu lieu pour la première fois des grèves conjointes d’ingénieurs et des ouvriers de fabrication.

Il y a également des signes que la classe ouvrière et les luttes rurales vont ensemble. Pour la première fois depuis 60 ans nous voyons un modèle renversé de migration. Les gens quittent les villes et reviennent à la campagne. Mais il ne reste rien en Inde rurale, bien qu’ils ne puissent pas survivre à la ville non plus. Nulle part une source de vie demeure. Le secteur agricole est craintif, malgré le fait que quelques 60% de la population dépendent de lui. La sécurité alimentaire de l’Inde, qui a été établie au dernier demi siècle, est perdue.

Les investissements promis pour l’industrialisation entrent à peine, bien que des accords soient signés. Par conséquent les protestations populaires éclatent dans le monde rural aussi bien que dans les zones urbaines. Des affrontements dans les rues éclatent. Il y a heureusement un mouvement révolutionnaire qui peut aider à organiser l’agitation spontanée provoquée par la crise.

Il y a un grand potentiel des forces révolutionnaires pour se développer pendant la phase actuelle, car l’impact brutal de la crise pousse des personnes à lutter contre le système.

Q : Pouvez-vous dessiner un premier bilan de la campagne militaire « Green Hunt », lancée par l’armée indienne pendant l’automne dernier contre la résistance des Adivasis pour les expulser de leurs terres ancestrales ?

L’opération est à son cinquième mois et c’est une guerre totale avec environ 250.000 soldats et une logistique militaire des États-Unis impliqués. Mais il n’y a aucun signe évident de succès. Des centaines de civils innocents sont tués, aussi bien que des soldats ordinaires, souvent de l’extérieur de la région, qui ne comprennent pas la langue locale et encore moins le fond politique du conflit. Comme les forces gouvernementales n’avancent pas, elles choisissent des cibles faibles et commettent des atrocités.

Elles ont souffert des coups durs du mouvement maoïste, qui a pu tuer des cibles à niveau élevé. La motivation des troupes descend.

Q : Que diriez-vous de la réaction dans les villes, particulièrement parmi les classes moyennes instruites ?

Les classes moyennes acquièrent lentement la conscience. Mais une polarisation est en cours, car l’image change jour après jour. L’opposition contre Green Hunt se développe et un grand bouleversement n’est pas loin.
Le gouvernement ne peut pas aller de l’avant avec cette attaque éclair et a dû ralentir. En fait, la majeure partie de la grande exploitation et des projets industriels sont bloqués à cause de la résistance populaire.

La presse commence à parler d’une « menace terroriste » également en Inde. La politique américaine est copiée en Inde et employée contre n’importe quelle opposition sérieuse. L’armée est envoyée même contre des démonstrations ordinaires. Les musulmans sont collectivement désignés comme terroristes, et c’est la même chose avec les Adivasis (indigènes indiens). Également le Dalits (intouchables).

L’idéologie des États-Unis est excessivement employée par l’élite indienne. En 2008 ils ont installé l’Acte de prévention des activité illégales qui est presque une réplique de la précédente Loi draconienne de prévention des activités terroristes. Par cette loi, le maoïsme est maintenant assimilé avec le terrorisme. Sont également visés tous les musulmans, aussi bien que les mouvements de libération du Cachemire et du Nord-est.

Q : Vous êtes vous-même accusé par la police d’être un soutien décisif aux maoïstes.

Pendant les derniers mois le gouvernement a essayé de m’impliquer avec des organismes interdits, comme j’ai participé à la campagne contre l’interdiction du Parti communiste de l’Inde (maoïste) [CPI (M)].
En fait toutes les accusations concrètes réunies sont risibles. Comment est-ce que je peux participer à une contre-offensive tactique ou donner abri aux cadres de Comité central (CC) ? Ils disent que j’élargis la base de ce qu’ils appellent « outfight », que mes vues sont considérés par le CC des maoïstes. De cette façon ils peuvent me rendre responsable de toute chose qui se produit en Inde.

Ils m’accusent de mes vues et positions politiques. Cela fait partie d’un plus grand plan, pour faire taire les voix de la démocratie et de l’opposition aux politiques anti-populaires du gouvernement. Ils craignent la critique croissante envers leur campagne militaire contre les plus pauvres des pauvres, les dépouillant de leur terre et de ses ressources.

Aujourd’hui ils veulent fermer ma bouche et celles d’autres, demain toutes les voix démocratiques. D’abord ils ont interdit des organisations de résistance, ce qui est une erreur en soi. Maintenant ils essayent de brûler les alentours. Mais la société civile s’est levée et a condamné le gouvernement pour le dénigrement. Une série entière de conférences de presse et de protestations publiques avec de hautes personnalités est en préparation.

Q : Par la suite sur la géopolitique : certains pensent que l’Inde pourrait adhérer à un futur bloc ainsi que la Chine et la Russie en faveur d’un système global multipolaire.

L’Inde est devenue l’allié principal des États-Unis dans la région. Je ne vois aucune condition dans l’avenir, que ceci pourrait changer. Les élites ici sont complètement subordonnées à Washington et la tendance est de pire en pire.