Un point de vue Vegan sur la fermeture des magasins de viande par les fascistes du BJP en Uttar Pradesh

Je suis vegan, mais je suis contre la fermeture de force des magasins de viande.

Ce mouvement n’est clairement pas motivé par le bien-être des animaux, il sert certaines personnes et leur soif de pouvoir.

Par VICHITRA AMARNATHAN

Être végétalien peut parfois être une charge. Et je ne veux pas dire que le fromage ou le poulet vous manquent. Vraiment pas. Le problème est que, comme n’importe quelle autre étiquette, elle véhicule ses propres clichés et les gens vous catégorisent rapidement soit comme une personne ayant «bon cœur», ou comme un fanatique mangeur de salade qui cherche à culpabiliser les personnes sans méfiance et à les convertir.

La vérité, ce n’est ni l’un ni l’autre.

Être végétalien n’a rien à voir avec la gentillesse. C’est simple et limpide: les animaux sont des êtres sensibles, tout comme les humains et les végétaliens, évitent tout ce qui agresse des animaux tout comme les humains éviteraient tout ce qui agresse des humains. C’est à peine gentil. C’est le strict minimum. Si vous choisissez de ne pas battre quelqu’un, cela ne signifie pas que vous êtes une personne de bon cœur. Cela signifie que vous êtes une personne normale.

Et maintenant, tout le monde me demande si je suis contente de la décision de Yogi Adityanath de fermer les magasins de viande illégaux et de la fermeture forcée des boucheries et des commerces de viande décidée par Shiv Sena (parti d’extrême droite NDT) pendant le navratri. Je devrais l’être parce que c’est ce que je veux faire, n’est-ce pas? Convertir la nation? Et bien non ! Je suis contre ces actions.

Comme beaucoup de végétaliens, j’étais autrefois une non-végétalienne – pas que ce soit quelque chose dont je suis fière, mais chacun son parcours. Je suis passée par un processus de compréhension pour arriver à ce que je pense être juste. J’ai étudié les options. J’ai pris le temps de faire des recherches et de découvrir comment l’agriculture animale contribue à plus de 51 pour cent des émissions de carbone et la cruauté de l’industrie laitière.

J’ai fait mon choix après avoir su et cru. Rien ne m’a été imposé.

Tout le monde a le droit de prendre ses propres décisions et de passer par ce processus de changement.

Je parle du véganisme et de son importance, mais je crois aussi que le véritable changement ne peut se produire que s’il y a un changement interne. Imposer une décision ne vaut rien. Les gens se contenteront d’être contrariés et de se méfier davantage du végétalisme si les végans devaient s’aligner sur les mouvements despotiques.

 vegan

Pas pour les animaux

La deuxième et la plus importante raison pour laquelle je m’oppose à la fermeture des magasins illégaux de viande est parce qu’elle a un fort angle communautaire. En tant que végétalienne, je crois en l’acceptation et la célébration des différences, qu’il s’agisse de différences d’espèces, de sexualité, de religion, de caste, de race ou d’aptitudes. C’est l’essence même du véganisme.

Ce mouvement n’est clairement pas pour les animaux, c’est pour certaines personnes et leur soif de pouvoir. Alors que certaines personnes peuvent dire que l’objectif final est ce qui compte, je pense que la fin est aussi importante que les moyens. À moins que les décisions ne soient prises pour les bonnes raisons, elles ne peuvent pas apporter un changement durable. Et quand le but est d’établir une hégémonie hindoue, ce sera le seul résultat obtenu. Pas la libération des animaux. Ces animaux continueront d’être abattus ailleurs ou abusés et torturés pour le lait sous prétexte de « Gai hamari maata hai » (la vache est notre mère).

En tant que végétalienne, j’ai un problème énorme avec la marginalisation et la discrimination à l’égard d’une certaine partie de notre population. Beaucoup de gens soulèveraient la question de Jallikattuand (sorte de corrida tamoule NDT) en disant que demander l’interdiction de Jallikattu était discriminatoire envers certaines cultures. Je ne le pense pas. Les combats de taureaux ont été interdits par la Cour suprême dans tout le pays et aucun groupe particulier n’a été choisi. Mais ici, clairement, ce sont les musulmans qui sont visés.

Si ce gouvernement s’occupait ne serait-ce qu’un peu des animaux de ferme ou de l’environnement, il n’aurait pas célébré le fait d’être devenu le plus grand producteur de lait. Il aurait pu sensibiliser, peut-être prendre des mesures comme imposer des taxes sur les aliments non végans pour protéger l’environnement et encourager des pratiques saines et sans cruauté et faire des changements au sein du gouvernement pour commencer.

Le cœur du véganisme, c’est de penser qu’aucun groupe n’est plus important ou supérieur à l’autre. Ici, l’objectif est très différent et même complètement opposé à ce que représente le véganisme.

Source

D’autres articles pour comprendre la situation en Uttar Pradesh: ici, ici et

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *