Un espion policier battu à mort au Cachemire

Tard dans la nuit jeudi, des personnes ont abordé Mohammad Ayub Pandith alors qu’il prenait des photographies avec son téléphone portable à l’extérieur de la mosquée de la vieille ville de Srinagar durant « la nuit du destin », un temps fort du ramadan musulman où se tiennent des prières nocturnes.

Selon des témoins, des fidèles ont demandé au policier, qui était en civil, de s’identifier. Saisi de panique, il a sorti son pistolet et tiré, blessant trois personnes. Son collègue, qui ne portait pas non plus d’uniforme, s’est enfui.

« À ce moment-là, des jeunes se sont jetés sur lui, lui ont arraché son arme et plus de gens sont venus et ont commencé à le frapper », a relaté à l’AFP un témoin qui a souhaité conserver l’anonymat.

Malgré les restrictions de déplacements imposées à la suite de cet événement dans le quartier historique de Srinagar – traditionnel théâtre d’affrontements entre manifestants et forces de sécurité indiennes – pour éviter de nouveaux débordements, des centaines de lanceurs de pierres se sont mesurés à la police.

Avec un demi-million de soldats indiens postés sur son sol, la région à majorité musulmane est l’une des zones les plus militarisées au monde.
Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *