Les proches du professeur Saibaba saisissent la Commission Nationale des Droits Humains

Demande présentée à la Commission Nationale des droits humains (NHRC) pour intervenir dans la question de la santé du professeur G. N. Saibaba emprisonné dans une cellule de haute sécurité de la prison centrale de Nagpur.

Une délégation composée de Vasantha Kumari, la femme du Dr G. N. Saibaba, ,Mme Nandita Narain, Kalyani Meno Sen, militante féministe et Muralidharan, secrétaire de la plate-forme nationale pour les droits des handicapés, ont rencontré aujourd’hui Shri Ashok Kumar Koul, le greffier de la commission (section loi) et présenté un mémorandum demandant à la NHRC d’intervenir et d’enjoindre aux autorités de prison de fournir des soins médicaux et un traitement appropriés à Saibaba.

Il est préoccupant de constater que l’état de santé du Dr G. N. Saibaba, qui est emprisonné à la prison centrale de Nagpur, depuis le 7 mars 2017, se détériore de jour en jour. Il faut savoir que, avant son arrestation, Saibaba était en traitement à l’hôpital Rockland, à New Delhi. Les médecins avaient indiqué qu’il devait subir une intervention chirurgicale pour l’enlèvement de sa vésicule biliaire (laparoscopie cholécystectomie) dans les quatre semaines qui suivent la fin du procès. Saibaba a maintenant été incarcéré depuis plus de 10 semaines et les autorités de la prison ne lui fournissent aucun soin médical.

Le Dr Saibaba souffre de palpitations et n’est pas en mesure d’uriner. La douleur qu’il ressent à l’estomac a augmenté et est continue. Il n’est pas en mesure de supporter le régime alimentaire qui lui est imposé. Rien que durant le mois de mai 2017, il est tombé inconscient deux fois dans la cellule. Malgré que les médecins de la prison suggèrent de le transférer à l’hôpital gouvernemental de Nagpur, ni les autorités de prison ni le gouvernement d’état du Maharashtra, ni le gouvernement central ne répondent.

Les conditions actuelles dans lesquelles le professeur. Saibaba est maintenu constituent une violation de son droit à la vie, à la dignité, à l’égalité, à la protection contre la torture, les traitements cruels, inhumains et dégradants, à la non-discrimination et à la santé. Au fil des ans, la cour suprême a, dans plusieurs cas, clairement affirmé, que les détenus ont également certains droits fondamentaux, qui comprennent ceux qui sont énoncés ci-dessus, qui, dans ce cas, sont sans aucun doute violés par l’état.

Mais les gouvernements centraux et de l’Etat ne répondent pas et essaient de le tuer dans la cellule d’isolement en profitant de ses problèmes de santé. L’Inde est signataire du pacte international relatif aux droits civils et politiques (ICCPR), de la convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées (UNCRPD) et de la résolution 70/175 de l’ONU sur les règles minimales pour le traitement des détenus. Comme le prof. Saibaba est une personne handicapée (à 90% NDT), l’UNCRPD, que l’Inde a ratifié, ainsi la récente loi sur les droits des personnes handicapées de 2016 (RPD Act), qui a été promulguée pour honorer l’obligation de l’Inde issue de la convention susmentionnée, sont entièrement applicables à son cas.

Le Comité demande instamment à tous les individus et organisations démocratiques d’accorder leur soutien à la lutte pour faire en sorte que les droits humains fondamentaux du Dr G. N. Saibaba ne soient pas violés. L’appel sa condamnation a déjà été déposé à la haute cour de Bombay (banc de Nagpur) et peut être étudié une fois que la cour rouvrira après les vacances. Mais nous devons veiller à ce que les soins médicaux appropriés soient dûment pris en considération. Pour obtenir un traitement approprié, Saibaba doit être soigné à Hyderabad, où les membres de sa famille peuvent lui fournir une assistance. Nous demandons aux autorités de la prison de le transférer à un hôpital spécialisé à Hyderabad immédiatement. Shri Koul a assuré la responsabilité de la plainte.

Hany Babu MT
(coordonnateur)

D’autres articles sur l’affaire Saibaba ici, et 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 910111213141516, 17,18192021, 22, 23, 24, 25, 26

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *