« Le but principal de mon arrestation était de terroriser la communauté étudiante en Inde » Hem Mishra

Une interview de l’étudiant de JNU co-condamné à la prison à vie avec le professeur Saibaba (verdict ici).

«Notre système a peur de ces (personnes) qui élèvent leur voix contre l’injustice. Il (le système) a peur de la voix du peuple.

Mishra a été arrêté par la police de Maharashtra en Août 2013 sur accusation d’être un messager maoïste. Le tribunal de Nagpur de la Haute Cour de Bombay lui a accordé la liberté sous caution la semaine dernière. Hem Mishra se considère comme un «activiste culturel et étudiant» et dit qu’il a été victime de l’«insécurité imposée par les dominants » envers ceux qui luttent contre l’injustice et qui le pousse à cibler ceux-là même qui dénoncent ses échecs.

«Je n’ai jamais été arrêté à Gadchiroli comme avancé par la police. Ils (la police) me retiennent par la force depuis le 20 Août 2013 à la gare de Ballarashah dans le district de Chandrapur au Maharashtra, et ils m’ont maintenu en détention illégale pendant 80 heures. Ils m’ont inhumainement torturé pendant les 27 jours suivant et m’ont forcé à reconnaître une histoire créée par eux seuls. J’allais au village Hemalkasa afin de rencontrer le Dr Prakash Amte. Je n’ai aucun lien avec les maoïstes », a déclaré M. Mishra au journal The Hindu après sa sortie de prison.

«Une tendance inquiétante»

Hem MishraLorsqu’on lui a demandé pourquoi la police l’avait accusé d’être un maoïste, l’étudiant de la JNU dit, «Nous constatons une tendance en Inde en ce moment. Celui qui élève sa voix contre l’injustice ou contre les atrocités de des dirigeants, est qualifié de maoïste. Chaque manifestation, que ce soit contre le déplacement de population, la déforestation ou des atrocités, est écrasée en la qualifiant de soutien des maoïstes. Dans mon cas, je suis resté en prison pendant les 2 dernières années et 19 jours parce que j’ai exprimé mon désaccord avec l’injustice à travers mes chansons et des manifestations étudiantes « .

Il a également affirmé qu’en le ciblant lui, l’Etat a voulu envoyer un signal à la communauté étudiante en Inde, qui est le pilier de nombreuses protestations.

« Le but principal de mon arrestation était de terroriser la communauté étudiante en Inde »,

a déclaré M. Mishra. Interrogé sur sa future ligne de conduite qui comprend une longue bataille juridique et un cursus de chinois non terminé à la JNU, l’activiste culturel a dit qu’il était confiant dans le fait d’être acquitté.

« En ce qui concerne la protestation contre l’injustice, je crois qu’il y a rien d’illégal en elle. Chaque citoyen devrait élever la voix contre l’injustice et je vais continuer à le faire », a ajouté M. Mishra, qui a été maintenu dans le quartier d’isolement « cellule Anda « de la prison centrale de Nagpur pendant plus d’un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *