« L’attaque de Sukma était une réponse aux soldats qui abusent sexuellement des femmes tribales »

Le comité régional du Parti communiste d’Inde (Maoiste) dans la zone de Dand Karanya a revendiqué l’attaque du personnel de la CRPF lundi.

Jeudi, les maoïstes ont déclaré que l’attaque menée contre cette force de police lundi avait été entreprise en raison des violences sexuelles infligées par les soldats dans les zones de conflit. Le comité régional du Parti communiste de l’Inde (Maoist) dans la zone de Dand Karanya a révendiqué l’incident qui a tué 25 policiers. Ils ont également revendiqué une autre attaque en mars.

«Vikalp», son porte-parole, a déclaré dans un clip audio: «Ces attaques sont rétorsives, défensives, pour vaincre les politiques antipopulaires et pour faire avancer la lutte du peuple … Les attaques de Bhejji et Chintagufa-Burkapal devraient être considérées comme des attaques (en représailles) pour la dignité et le respect des femmes tribales. Ces attaques sont menées pour libérer les tribus dans les zones de conflit des atrocités inhumaines auxquelles elles sont confrontées par les forces de sécurité « .

Il a également ajouté que son mouvement était contre la construction des routes dans les zones de conflit et que, pendant qu’elles se faisaient sous le couvert de «soulager » le peuple, il s’agissait en fait de « piller les ressources naturelles, d’exploiter les masses et d’assurer un transport rapide des forces de sécurité ».

« Vikalp » a déclaré que les attaques étaient également prévues en raison de la tentative de créer une « atmosphère antidémocratique et fasciste » dans le pays. « Ces attaques sont opposées à l’exploitation des Dalits, des tribaux et des minorités et des attaques contre leur culture et leur mode de vie économique par les gouvernements Brahmanique, Hindutva, Fasciste, Sanghi et BJP avec l’implication directe et la protection active de la police et des forces de sécurité. « 

Dans le clip vocal, « Vikalp » a ajouté que les soldats en tant que personnes, n’étaient pas des ennemis des Maoïstes, «au moins, pas nos ennemis de classe». « Mais ils s’opposent au bien-être public en faisant partie des mécanismes de l’exploitation et de la répression du gouvernement ». Il a appelé les soldats à ne pas perdre leur vie en protégeant « ces personnes et leurs biens ».

Source

D’autres articles sur cette attaque de Sukma:

Attaque des Maoïstes au Chhattisgarh: 70% des assaillants étaient des femmes

300 maoïstes attaquent 90 membres du CRPF: 26 flics morts!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *