La police développe de nouvelles stratégies pour éloigner les femmes tribales des Naxalites

Nagpur: Dans le lointain avant-poste armé de Yehchil dans le sous-district d’Aheri, dans le district de Gadchiroli, les forces de sécurité ont lancé une nouvelle stratégie axée sur les femmes pour empêcher les Naxalites d’attirer les jeunes filles et les femmes dans leur groupe. Au début du mois de juin, un camp de sensibilisation à la santé a été organisé pour les femmes dans cet avant-poste nouvellement ouvert.

Shivaji Bodkhe, un ancien chef d’opération Anti Naxalite, qui travaille actuellement comme commissaire de police à Nagpur, a aidé à mettre en place une équipe d’ONG : Maitree Parivar, l’équipe du Dr Pinak Dande et d’autres. Ensemble, elles ont organisé un camp de sensibilisation à la santé d’une journée pour les femmes et leur a également distribué des serviettes hygiéniques. Le camp a été organisé par Gajanan Tompe, un agent de police subdivisionnel, aheri, sous la supervision de R Raja, surintendant supplémentaire de la police Aheri, et Abhinav Deshmukh chef de la police de Gadchiroli, afin que la population développe sa confiance en la police.

Un officier supérieur associé à l’organisation a déclaré que les ONG ont été invitées à intervenir pour aider à établir des rapports avec les femmes, en particulier les jeunes, pour tenter de prévenir les tentatives de Naxalites de leur «laver le cerveau». Il est devenu crucial pour les forces de sécurité de créer une distance entre les jeunes filles et les Naxalites. Maintenant, les femmes des villages seraient fréquemment appelées aux postes de police pour de tels programmes et événements. Cela contraindra les Naxalites à réfléchir à deux fois avant de les aborder car elles seraient ainsi en contact constant avec les autorités « , a déclaré le responsable.

Il y a 111 femmes reconnues comme cadres actives dans les différents dalams Naxalites dans le district tribal de Gadchiroli. Selon les hauts fonctionnaires, environ 50% de la force de Naxalite est composé de femmes. En outre, il y en a beaucoup qui aident les Naxalites dans le cadre de leur jan-milice et de leurs organisations frontales. Celles-ci travaillent au niveau du village, fournissant un support logistique et de base. Des sources ont également déclaré que les femmes étaient préférées dans la tenue de guérilla en raison de leur dévouement et de leur loyauté.

Les cadres supérieurs des Naxalite ont affirmé auparavant que les femmes jouissaient d’un statut et d’une importance égale dans leurs rangs, que ce soit dans des ailes politiques ou armées de l’organisation. Les cadres supérieures des Naxalites comme Narmada Akka (deuxième femme cadre maoïste à avoir été élue au comité central du PCI (maoïste). Elle est morte en 2012 NDT) sont des héroïnes parmi les rebelles pour ne pas s’être rendues en dépit d’une détérioration de leur santé et de plusieurs blessures.

En dehors de Narmada, plusieurs femmes cadres tribales comme Ranjita, Rajitha, Radha Akka et leurs camarades sont mortes soit en combattant, soit constituent encore une partie cruciale du mouvement. Anuradha Ghandy (voir ses apports au féminisme prolétarien ici), une communiste basée à Mumbai, a mené le mouvement pendant plusieurs années avant de mourir à Abhujamadh. Le fait que les Naxalites observent la Journée internationale des femmes le 8 mars chaque année contribue à motiver les jeunes filles à se joindre à eux.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *