Inde: la vache sacrée, prétexte des hindous pour assassiner des musulmans

La vache sacrée. Intouchable et immangeable. Les extrémistes hindous en font aujourd’hui un point de fixation dont les musulmans sont les victimes. Les agressions et les meurtres de chauffeurs de bétaillères se multiplient au nom du respect de la tradition.

Pehlu Khan, un musulman âgé de 55 ans, transportait des vaches dans son camion sur une autoroute de l’Etat du Rajasthan au nord-ouest du pays. Il faisait la route avec un groupe de 15 personnes qui a été pris à partie par des «Gau rakshaks», des «protecteurs des vaches».

«Des Gau rakshaks ont bloqué quatre véhicules, accusant les conducteurs de transporter illégalement des bovins. Les véhicules venaient de Jaipur et se rendaient à Nuh», a précisé le chef de la police locale. Les coups se sont mis à pleuvoir comme le montre une vidéo. Cinq des camionneurs, gravement touchés, ont été conduits à l’hopital par la police, et c’est là que Pehlu Khan a trouvé la mort.

La loi des «Gau rakshaks» 
Ainsi, au moins dix musulmans ont été tués dans au cours des deux dernières années, accusés d’avoir mangé de la viande de bœuf ou d’avoir fait du trafic d’animaux vivants ou de viande de vache. Si globalement la consommation de viande augmente en Inde (+20% chaque année pour le poulet), celle de bœuf demeure interdite presque partout. Un consommateur peut être condamné à sept ans de prison. Mais la loi se contourne facilement et les trafics ne manquent pas.

Mais depuis l’arrivée au pouvoir en 2014 de Narendra Modi, des groupes d’extrémistes hindous entendent faire respecter une règle stricte. A travers l’Inde, les violences imputables aux «Gau raksha» se multiplient. Ils patrouillent sur les routes de nuit, à la recherche de bétail qui va frauduleusement passer au Bangladesh ou dans un des rares Etats autorisant l’abattage de ces animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *