Inde: dans l’Andhra Pradesh, 58% de la population est favorable au naxalisme!

La plus grande menace à la sécurité intérieure de l’Inde, comme l’a décrit le Premier ministre, peut être pire que vous ne le pensiez. Ceci parce que même dans l’Andhra Pradesh, où la bataille contre les maoïstes a apparemment été gagnée, il s’avère que le gouvernement perd la bataille pour les esprits et les cœurs du peuple.

C’est un débat qui a fait rage au sein du Congrès, et à l’extérieur. Le gouvernement devrait-il adopter une attitude à l’encontre des maoïstes et les traiter comme des criminels ou faudrait-il se concentrer davantage sur la réduction de la pauvreté sous l’effet d’un programme de développement qui gagne la population des régions touchées?

Un sondage exclusif sur les quartiers autrefois dominés par les maoïstes de la région du Telengana par l’IMRB, organisation bien connue de recherche de marché pour The Times of India a révélé que si les attitudes envers les rebelles sont ambivalentes, la condamnation du gouvernement et ses moyens de s’attaquer Le problème est très clair.

Les résultats soulèvent des questions inquiétantes sur la question de savoir si le fait de se concentrer largement sur les aspects policiers du problème peut être une stratégie erronée à long terme. Ils ont également abouti à une autre question: la bataille a-t-elle vraiment été gagnée ou les maoïstes peuvent-ils faire un retour dans quelques années?

Liée à cette question est la question de savoir comment les maoïstes sont considérés par la population de ces endroits. Sont-ils perçus essentiellement comme un groupe sanglant, extorquant ou comme des rebelles défendant les droits du peuple?

Pour le savoir Times of India a décidé de faire un sondage d’opinion dans les zones touchées. Le problème, cependant, était que c’est une région où les sondeurs ont eu d’énormes difficultés à entrer. Nous avons finalement décidé de mener l’enquête dans les zones de l’Andhra Pradesh qui étaient jusqu’à peu des bastions des Naxalites. L’enquête a donc été menée dans cinq districts de la région du Telengana: Adilabad, Nizamabad, Karimnagar, Warangal et Khammam. Ces districts ont été choisis non seulement parce qu’ils étaient jusqu’alors gravement affectés par le Naxalisme, mais aussi parce qu’ils étaient proches des foyers actuels du Chattisgarh et du Maharashtra.

Pour connaître l’opinion de l’homme ordinaire dans ces domaines, l’enquête a été limitée aux catégories socio-économiques les moins bien situées, SEC B et SEC C et aux hommes et aux femmes entre 25 et 50 ans. Ce que nous avons trouvé nous a éclairé et devrait être inquiétant pour tout le monde. L’Etat peut avoir gagné la bataille des canons, mais les Maoïstes sont clairement en avance au niveau de la perception. Cela est particulièrement vrai dans les districts de Warangal et de Nizamabad, comme le montrent les graphiques ci-joints.

La cause profonde de la désaffection est le sentiment accablant de négligence des régions par le gouvernement. Environ les deux tiers ont exprimé cette opinion et à Warangal, le chiffre arrive à 81%. Des chiffres semblables seraient probablement trouvés n’importe où en Inde. Vrai. Mais lorsque les deux tiers disent aussi que les maoïstes ont raison de choisir les méthodes qu’ils utilisent pour mettre en évidence la négligence, il est difficile de la rejeter comme étant normale.

Peut-être les réponses les plus révélatrices répondent-elles à la question de savoir si les maoïstes – mieux connus sous le nom de Naxalites dans cette ceinture – sont bons ou mauvais pour la région et si leur défaite par la police de l’Andhra Pradesh a amélioré ou empiré la situation.

Près de 60% ont déclaré que les Naxalites étaient bons pour la région et seulement 34% pensaient que la vie s’était améliorée depuis qu’ils avaient été battus. Quant à savoir si l’exploitation a augmenté après que l’influence Naxalite a diminué, 48% ont dit que c’était le cas contre 38% qui ont dit que cela ne l’était pas, le reste étant sans opinion.

Ces réponses sont étayées par les réponses à trois autres questions. La première de ces questions était de savoir si la caractérisation des Naxalites comme des extorsionnistes et de la mafia était exacte. Les deux tiers étaient en désaccord. Une explication de cette question est venue répondre à une question un peu plus ouverte. Plus de la moitié a déclaré que les Naxalites travaillaient pour le bien de la région, un tiers d’entre eux ont dit qu’ils avaient les bonnes intentions mais les mauvais moyens. Seulement 15% étaient disposés à les décrire comme juste des voyous.

Également important, 50% des répondants ont estimé que les Naxalites avaient forcé le gouvernement à se concentrer sur le travail de développement dans les zones touchées. Ce que ces réponses montrent est à quel point la perception du gouvernement est négative dans ces zones.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *