Importants combats entre étudiants à Delhi

Un syndicat de droite nationaliste hindou et des formations centriste et communiste s’affrontent violemment sur les campus de Delhi ainsi que sur les réseaux sociaux.

Nouvelle fièvre étudiante à Delhi. Plusieurs centaines de jeunes ont défilé mardi 28 février sur le campus universitaire du nord de la capitale de l’Inde pour dénoncer les violences commises quelques jours plus tôt par des militants de l’ABVP, une organisation affiliée au mouvement nationaliste hindou. “Ce n’est pas un affrontement gauche-droite, c’est juste que l’ABVP est soutenue par le parti au pouvoir (le BJP de Narendra Modi, ndlr) et qu’elle est entièrement responsable des récentes agressions”, a déclaré un manifestant interrogé sur place par The Indian Express.

Tout a commencé il y a quatre jours, lorsque l’ABVP a demandé au Ramjas College, l’une des plus anciennes facultés de Delhi, d’“annuler une conférence que devait donner Umar Khalid, un étudiant syndicaliste de gauche qui figurait, en 2016, parmi les organisateurs des manifestations contre la pendaison en prison d’Afzal Guru”, un rebelle du Cachemire condamné à mort pour terrorisme, rappelle le site d’information Scroll.

L’initiative de l’ABVP a entraîné des affrontements avec le NSUI, un syndicat étudiant soutenu par le parti centriste du Congrès, et l’AISA, un syndicat d’obédience marxiste dont l’une des membres, Gurmehar Kaur, a lancé une campagne sur les réseaux sociaux, sous le mot d’ordre #StudentsagainstABVP (les étudiants contre l’ABVP).

gurmehar-kaur

Fille d’un capitaine de l’armée indienne qui a été tué en 1999 durant la guerre contre le Pakistan dans la région de Kargil, au nord du Cachemire, Gurmehar Kaur a aussitôt reçu “des menaces de viol et de mort”, ce qui a provoqué un mouvement de sympathie autour d’elle, rapporte Scroll.

Sur Facebook et Instagram, des centaines d’étudiants ont posté leur photo avec, autour du cou, une pancarte sur laquelle est écrit : “I’m not afraid of ABVP” (je n’ai pas peur de l’ABVP).

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *