En Inde, le crime paie pour les élus: Un candidat emprisonné est le favori des élections régionales en Uttar Pradesh.

Accoudé à un poteau en bambou barrant la route, un policier fait signe de s’arrêter. Il fouille le coffre de la voiture, regarde sous les sièges, ouvre la boîte à gants et inspecte les bagages pendant qu’un adolescent habillé en jeans et en tee-shirt, employé par la commission électorale, filme l’opération. « C’est pour que les candidats n’accusent pas la police de placer elle-même des objets illicites », murmure-t-il en ne quittant pas des yeux le viseur de son petit Caméscope.

En cette période électorale dans l’Uttar Pradesh, un Etat pauvre du nord de l’Inde abritant l’équivalent de la population du Brésil sur un territoire grand comme la moitié de la France, on trouve de tout. Des liasses de billets, des armes, des bouteilles d’alcool. Autant dire qu’ici on ne fait pas campagne qu’avec des prospectus, encore moins avec un programme. On soutient le candidat représentant le mieux les intérêts de sa communauté religieuse ou de sa caste, avec la même ferveur que des supporteurs de cricket.

A la veille des grandes compétitions électorales, on sort les drapeaux et on se peint le torse aux couleurs du parti. Pendant plusieurs semaines, la petite ville poussiéreuse de Mau se transforme en un gigantesque capharnaüm, où se mélangent camionnettes flanquées d’écrans géants et vélos surmontés de haut-parleurs. Une débauche d’argent et de bruit qui retombera, avec la poussière, samedi 11 mars, jour des résultats des élections régionales.

Le favori de Mau s’appelle Mukhtar Ansari, connu pour sa moustache en crocs et sa longue tunique blanche. Il ne s’est déplacé à aucun meeting et n’a donné aucune interview. Les électeurs y sont habitués : leur député est en prison depuis 2005, ce qui ne les a pas empêchés de le réélire à chaque scrutin. M. Ansari gère sa campagne de sa cellule, tout en regardant des documentaires animaliers à la télévision, surtout ceux où l’on voit des fauves s’abattant sur leur proie.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *