Emeutes au Cachemire: Les lycéennes en première ligne dans les rues de Srinagar


Srinagar

Bravant les grenades de gaz lacrymogènes, beaucoup d’entre elles ont lancé des pierres et ont cassé des véhicules de police à Lal Chowk

Il est courant de voir des adolescents et des jeunes d’une vingtaine d’années enragés lancer des pierres dans les rues de la vallée du Cachemire.

Mais ce qui a surpris tout le monde, c’est la participation des filles, certaines dans leurs uniformes scolaires, d’autres qui ont enfilé des hijabs, qui se joignent aux manifestants, lancent des pierres et déchargent leur colère contre les véhicules de police.

La semaine dernière, c’est peut-être la première fois qu’elles ont pris la rue, alors que beaucoup d’entre elles étaient à l’avant-garde des manifestations. Au moins une d’entre elles a même été grièvement blessée.

Srinagar

Lundi, beaucoup ont protesté à nouveau, ce qui a amené le centre commercial, Lal Chowk, à fermer.

Les étudiantes appartenaient au prestigieux Government Women’s College, M.A Road et aux juniors de l’école secondaire Kothi Bagh Higher. On les a vu scander des slogans anti-indiens et pro-azadi (liberté NDT).

Embuscade tendue

Plus tard, armées de pierres et de cônes en plastique, la jeune fille vérifier pluriel ou singulier en fonction de la photo a organisé une «embuscade» contre trois véhicules de police à Exchange Road et leur a jeté des pierres.

Srinagar

« Même les grenades étourdissantes, les grenades PAVA (explosent en lançant des morceaux de plombs causant de nombreuses blessures notamment aux yeux NDT) et les gaz lacrymogènes n’ont pas réussi à les dissuader. Elles ont réussi à sortir plus de huit fois malgré le bombardement de grenades lacrymogènes « , a déclaré un policier sous anonymat.

La police a été forcée de tirer des grenades lacrymogènes dans le campus pour contenir la situation.

Les filles, qui ont combattu pendant plus de trois heures, ont également été vus arrêter un véhicule de police et le frapper à coups de pieds et avec des objets lourds. Un groupe de filles a même réussi à chasser une patrouille de police.

 » Au Cachemire, le peuple meure tous les jours. L’État nous écrase de tous les côtés. Comment peut-on rester à l’écart de ce qui se passe? Le moment est venu d’une phase décisive pour mettre fin au problème du Cachemire une fois pour toutes « , a déclaré une étudiante en colère en classe de XIIème à l’école secondaire Kohi Bagh Higher.

En 2010 et 2016, on avait certes déjà vu des images dramatiques de femmes participant aux lancés de pierres, principalement dans les localités où les jeunes de la région étaient capturés par les forces de sécurité.

Actes héroïques

SrinagarCependant, les actes engagés de lundi par des filles seules étaient rares. On a même assisté à des tentatives audacieuses de sauter sur les véhicules de police.

L’ancien ministre en chef, Omar Abdullah, a publié une image d’une fille portant une balle et frappant en même temps un véhicule de police pour se prononcer sur la colère au Cachemire.

« Voici la réalité du Cachemire – elle a son ballon de basket et une brique dans la même main lorsqu’elle frappe le camion », a tweeté M. Abdullah.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *