Conversion aux élections: après une grève de la faim de 16 ans, elle ne reçoit que 90 votes aux élections!

Après 16 ans de lutte pour les droits du peuple, Irom Sharmila, l’activiste indienne de Manipur pensait que les électeurs voteraient pour elle. Pourtant, son changement méthode de lutte est un échec complet.

 Selon les chiffres du scrutin, publiés ce samedi, Irom Sharmila qui représentait la People’s Resurgence and Justice Alliance (PRAJA) n’a reçu que 90 votes tandis que son principal rival, Okram Ibobi Singh, l’actuel premier ministre de Manipur et candidat du Congrès national indien a remporté les élections avec 18 500 votes.

« Je ne m’attendais pas à un tel résultat, pendant la campagne électorale, tous ceux à qui je parlais prenaient fait et cause pour moi. Mais poursuivant leurs buts égoïstes, ils ont fini par voter pour les autres », rapporte le quotidien Hindustan Times citant la militante.

Irom Sharmila renonce donc à continuer la lutte politicienne.

« Je n’ai pas honte de ma défaite, mais j’en ai assez des élections, je renonce à y participer dans le futur », a-t-elle déclaré.

Irom Sharmila a été surnommée « la Dame de Fer de Manipur » pour ses actes de désobéissance civile sans précèdent. Le 5 novembre 2000, après que des militaires ont tué dix civils dont deux enfants dans la ville de Malom, elle a entamé une grève de la faim. L’activiste demandait de limiter le pouvoir des militaires dans leur lutte contre les groupes séparatistes au nord-est de l’Inde. La grève, reconnue comme la plus longue de l’histoire, a duré 15 ans, neuf mois et quatre jours jusqu’au 9 août 2016.

Au départ, Irom Sharmila refusait de manger, de boire, de se peigner et même de se regarder dans un miroir jusqu’à ce que ses demandes soient satisfaites. Pourtant trois jours après le début de la grève, l’activiste a été arrêtée et accusée de tentative de suicide. Vue son état de santé, les autorités ont dû recourir au gavage à plusieurs reprises, mais une fois libérée, elle a à chaque fois repris sa grève de la faim.

d’autres articles sur la précédente juste lutte d’Irom Sharmila ici, ici et

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *