Attaque contre les Dalits et les musulmans: le sud de l’Inde refuse l’hypocrisie sur la viande de boeuf

Ça fait des mois que l’Inde ne parle que de cela : sauver les vaches, interdire leur abattage, pourchasser les « mangeurs de vaches » et parfois même les lyncher.

Il y a eu plusieurs morts, et notamment dans le nord du pays très polarisé sur ce sujet. Evidemment, il se trouve que ce ne sont pas les Hindous qui mangent « Gau Mata », « Notre mère la vache », ce sont avant tout les Musulmans et un peu les Chrétiens qui sont concernés et donc visés.

L’Uttar Pradesh, l’Etat le plus peuplé d’Inde ( 200 millions d’habitants) vient d’élire un fanatique de la vache, Yogi Adytyanath, qui sitôt élu a lâché ses militants contre des abattoirs clandestins. Il y aussi des ambulances pour vaches, des hôtels pour vaches.

Une obsession bovine hindouiste qui est devenue insupportable dans le sud du pays, parce que dans le sud de l’Inde, même les hindous mangent du bœuf et que l’injonction de protéger coûte que coûte les vaches leur semble être une forme de colonialisme du Nord sur le Sud. D’où des mouvements de résistance.

Dans le Kerala, qui a toujours été l’Etat le mieux éduqué d’Inde, des cantines gratuites riz et bœuf sont organisées sur des places, au plus près des temples. Partout ailleurs, des milliers Indiens se photographient mangeant du bœuf et postent le tout sur Internet.

Evidemment, les « fous de vaches » ont répliqué : ils organisent des « milk parties », des distributions gratuites de lait, pour montrer la générosité de « Gau Mata ». Pourquoi les manger alors que les traire vous apporte du bonheur pour longtemps ?

Pourtant l’Inde était un des plus gros exportateurs mondiaux de viande de bœuf. Et c’est bien aussi pour cela que les opposants à cette hypersensibilité bovine se mobilise : ils parlent d’hypocrisie.

Le bœuf Indien représente un quart des exportations mondiales. Sans parler des peaux que toute l’industrie du luxe achète en Inde.

Or c’est une industrie entre les mains des dalits, les intouchables, et des musulmans. Donc, interdire le commerce, l’abattage, le tannage et la consommation de bœuf, c’est avant tout ruiner une des seules sources de richesse collective des Musulmans indiens !

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *