80 prisonnières politiques en grève de la faim en protestation contre la torture subie par une maoïste emprisonnée

Samedi matin, environ 80 prisonniers politiques emprisonnés dans quatre prisons – dont trois sont à Kolkata – ont entamé une grève de la faim de 24 heures pour protester contre la torture infligée à l’ancienne maoïste Kalpana Maity, actuellement incarcérée à la prison pour femmes d’Alipore. La grève de la faim a commencé samedi à 6 heures du matin et s’est terminée à la même heure dimanche. Elle a été suivie à la prison Presidential, à la prison de Dum Dum, à celle de Jalpaiguri et à la prison pour femmes d’Alipore.

Ranjit Sur, membre de l’Association pour la protection des droits démocratiques, une organisation défendant les droits humains, a déclaré qu’il était en contact avec les prisonniers et que l’organisation avait reçu une plainte écrite de Maity décrivant les tortures qu’elle a subies.

(Source: indianexpress)

« Elle nous a donné la plainte écrite lors de sa dernière comparution devant le tribunal, le 6 de ce mois. Elle devait également s’adresser à la cour, mais n’a pas pu déposer sa plainte devant elle lors de la dernière audience. Selon sa plainte, Kalpana a commencé à souffrir de nombreuses maladies depuis qu’elle a été déplacée à la prison d’Alipore. Elle souffre de glycémie élevée, d’arthrite et d’autres maladies.

Elle allègue que le gardien de la prison a donné des instructions à toutes les autres détenues de la prison pour que si elle demande de l’aide, personne ne doit l’aider. On a interdit aux autres détenues de lui parler, et on lui a interdit de leur parler. Elle a été chargée de nettoyer sa propre cellule et sa salle de bains alors que les autres détenues ne doivent pas le faire. Les autres détenues sont autorisées à se déplacer dans prison pour des promenades ou des exercices. Kalampa a été privée de cette installation », a déclaré Ranjit Sur.

Il a ajouté que malgré le fait que Kalpana Maity soit une prisonnière politique, reconnue par le tribunal en tant que telle, elle n’a pas bénéficié des conditions de vie appropriées. «Il y a certaines choses que le prisonnier politique doit recevoir par la loi, comme une table, une chaise, des livres, des journaux et des affaires pour écrire. Les autorités pénitentiaires ne les lui ont pas données. Elle a complètement été isolée », a-t-il affirmé.

Selon Ranjit Sur, Kalpana Maity a été arrêtée le 4 décembre 2010 avec quatre autres Maoïstes présumés, Sudip Chongdar, Barun Sur, Akhil Ghosh et Bimal Mallick, de Maidan à Kolkata. Elle était connue pour être proche de Kishenji, le leader maoïste et souvent appelée son ‘ombre’. « Les prisonnières politiques ont décidé que si cette torture ne s’arrêtait pas, alors elles vont lancer une grève de la faim indéfinie dans toutes les prisons du Bengale occidental », a déclaré Sur.

En 2012, peu de temps après, Mamata Banerjee, le ministre en chef de l’Etat, a autorisé la libération de 51 prisonniers politiques qui avaient été condamnés à perpétuité et avaient déjà effectués plus de 15 ans de prison. Les recommandations ont été faites par un «Comité de révision pour la libération des prisonniers politiques», dirigé par le juge à la retraite Maloy Sengupta. Cependant, alors que le comité Sengupta avait recommandé la libération de tous les prisonniers politiques, cela n’a pas été fait.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *